Menu Fermer

Amazon refusé par les chauffeurs : « Forcé de faire pipi dans des bouteilles »

« Tu ne crois pas au truc de faire pipi dans des bouteilles, hein ? » Ces dernières heures, Amazon a tenté de nier l’une des questions les plus controversées concernant les conditions de travail des chauffeurs, dans de nombreux cas contraints, selon les rapports de ces dernières années par la presse internationale, de faire leurs besoins à l’intérieur de bouteilles et de sacs pour l’intensité des quarts de travail. Pas selon Amazon, qui, dans un tweet envoyé depuis l’un de ses profils officiels en réponse aux accusations d’un politicien américain, a déclaré que si cela était vrai « personne ne travaillerait pour nous ».

Cette affirmation a été démentie par les chauffeurs eux-mêmes, qui, sur la plateforme de médias sociaux Reddit, ont directement partagé des photos des bouteilles incriminées, selon les informations de Motherboard, le site technologique de Vice, qui a confirmé la position de l’un des utilisateurs en tant que chauffeur pour Amazon.

Ces dernières années, la question a fait l’objet de nombreux reportages dans plusieurs pays, à commencer par le livre de 2018 du journaliste britannique James Bloodworth (« Hired : Six Months Undercover in Low-Wage Britain »), qui a documenté ses six mois passés à travailler comme aide-soignant, chauffeur Uber et dans un entrepôt Amazon.

Un problème qui n’est pas étranger à la France, « Je sais de source sûre que cela se passe à Paris », a-t-il déclaré récemment dans une interview accordée à Radio Campus, ajoutant que les rythmes de travail ne sont pas viables.

Une grève en Italie ?

Une grève de 24 heures couvrant l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement d’Amazon dans le pays, qui comprend environ 40 000 travailleurs, a été organisée pour la première fois en Italie lundi 22 mars, après l’échec des négociations avec les syndicats Filt Cgil, Fit Cisl et Uiltrasporti, demandant aux consommateurs de renoncer à faire des achats sur la plateforme pendant une journée. Les revendications concernent la charge de travail, les longues heures de travail des chauffeurs, les primes liées aux résultats, les chèques-repas et la stabilisation des contrats temporaires, ainsi que la compensation pour le travail pendant la pandémie.

Cette mobilisation fait suite aux manifestations organisées à l’échelle mondiale contre le géant de la logistique et de la distribution à l’occasion du dernier Black Friday, auxquelles des travailleurs et des militants ont participé dans des pays tels que le Bangladesh, l’Inde, l’Australie, l’Allemagne, la Pologne, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis sous le slogan « Faites payer Amazon ».

Une mobilisation internationale

Plus précisément aux États-Unis, un vote important est en cours en Alabama pour décider si les 5 000 travailleurs du centre-ville de Bessemer rejoindront le Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU), qui deviendrait le premier à représenter les employés d’Amazon dans le pays. Le vote, qui s’achèvera le 29 mars, a pris une importance nationale grâce, notamment, à la pression exercée par l’aile gauche du parti démocrate qui est revenu au gouvernement cette année, emmenée par Bernie Sanders. C’est précisément une visite prévue de sa part dans la ville du sud des États-Unis, vendredi, qui a suscité la discussion sur Twitter qui a conduit aux déclarations citées du profil d’Amazon News.

Ces dernières semaines, la mobilisation à Bessemer a également reçu le soutien du président américain Joe Biden, qui a rappelé que chaque travailleur devrait pouvoir choisir librement d’adhérer à un syndicat « sans intimidation ni menace de la part des employeurs. »

Déjà l’une des premières entreprises mondiales en termes de valeur boursière, Amazon a accumulé les résultats records depuis le début de la pandémie. Au quatrième trimestre 2020, elle a réalisé pour la première fois des ventes nettes de 125,6 milliards de dollars (106,5 milliards d’euros), soit une croissance de 44 % par rapport à l’année précédente, tandis que les bénéfices du trimestre ont plus que doublé pour atteindre 21,3 milliards de dollars. En 2019, le chiffre d’affaires réalisé en Italie s’est élevé à 4,5 milliards d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.