Menu Fermer

Le canal de Suez bloqué, l’économie mondiale perd 340 millions d’euros par heure.

Le blocus du canal de Suez, où un porte-conteneurs plus long que la place Saint-Pierre s’est échoué mardi 23 mars 2021, pourrait coûter l’équivalent de 8,16 milliards d’euros par jour, soit 340 millions d’euros par heure. C’est l’estimation « approximative » du magazine spécialisé Lloyd’s List, citée par Bloomberg, et basée sur une valeur quotidienne de 5,1 milliards de dollars pour les marchandises en direction de l’ouest et de 4,5 milliards de dollars pour celles en direction de l’est.

Pour essayer de libérer le portacontainer, dans ces jours a été appelé une de la société qui avait déjà travaillé à la récupération du Costa Concordia, naufragés devant l’île de Giglio en 2012. La société néerlandaise Smit Salvage, connue dans le secteur pour ses sauvetages de grande envergure, souvent en abordant des navires en pleine tempête, a envoyé à Port Saïd son navire Boka Da Vinci, prêt à participer aux opérations de récupération. Outre Smit Salvage, la société qui exploite l’Ever Given, Evergreen Marine, a déclaré avoir engagé la société japonaise Nippon Salvage.

Pourquoi le sauvetage tarde ?

Selon Reuters, Peter Berdowski, directeur général de Boskalis, qui a racheté Smit Salvage en 2010, a déclaré qu’à l’heure actuelle, il n’est pas possible d’exclure que les opérations visant à retirer l’Ever Given, qui s’est enfoncé de 5 mètres dans la berge du canal, pourraient prendre plusieurs semaines.

Ces derniers jours, un autre vétéran du sauvetage du Costa Concordia, Nick Sloane, a déclaré à Bloomberg que le meilleur moment pour dégager le chenal pourrait être dimanche ou lundi, avec l’aide de la marée haute qui devrait ajouter 46 centimètres de profondeur supplémentaire. Si la tentative échoue, M. Sloane a déclaré qu’il faudra attendre encore au moins 12 jours avant que la marée ne revienne à un niveau convenable.

En 2020, près de 19 000 navires ont traversé le canal qui relie la mer Rouge à la Méditerranée , soit une moyenne de 51,5 navires par jour. Actuellement, 185 navires attendent de le traverser, selon des données compilées par Bloomberg. Au cours de la dernière décennie, 75 accidents ont eu lieu dans le canal, qui traite environ 12 % du commerce mondial. Plus d’un tiers d’entre eux concernaient des porte-conteneurs, dont la plupart se sont échoués.

Shoei Kisen Kaisha, la société japonaise propriétaire du navire, a présenté ses excuses pour les désagréments causés par l’accident, affirmant qu’aucun déversement de carburant ne s’est produit et s’engageant à résoudre la situation dès que possible. Selon la compagnie, les 25 membres d’équipage, tous de nationalité indienne, sont sains et saufs.

Rappel des faits

Mardi, l’Ever Given, qui mesure 400 mètres de long et pèse près de 220 000 tonnes, s’est échoué dans le canal alors qu’il se dirigeait vers les Pays-Bas depuis la Chine avec une cargaison de 200 000 conteneurs, en raison de vents violents. Depuis lors, les centaines de navires qui transitent chaque semaine par le principal canal du monde sont bloqués dans une file d’attente en attendant la fin des opérations de sauvetage.

Selon Reuters, Shoei Kisen Kaisha et les compagnies qui ont assuré le navire devront faire face à des réclamations de l’ordre de plusieurs millions de dollars pour les retards et les coûts supplémentaires.

Les marchés pétroliers ne semblent pas préoccupés pour l’instant par le blocage du trafic maritime dans le canal où transite environ 10 % du pétrole mondial. Après la suspension, les prix mondiaux du pétrole ont augmenté de 6 % mercredi, avant de chuter de plus de 4 % jeudi. L’absence de réaction substantielle au blocus jusqu’à présent est due à la pression à la baisse exercée par l’offre et la demande sur le marché. Toutefois, si la fermeture se poursuit, les opérateurs devront chercher d’autres itinéraires, plus coûteux. Par exemple, les itinéraires passant par le Cap de Bonne Espérance en Afrique australe peuvent prendre jusqu’à deux semaines de plus.

Selon le New York Times, citant le cabinet d’études de marché Kpler, les pétroliers actuellement bloqués dans le canal transportent pour 8,8 millions de dollars de pétrole brut, soit moins d’un dixième de pour cent de la consommation quotidienne mondiale, pour une valeur d’environ 550 millions de dollars.

En 1967, à la suite de la guerre des Six Jours entre l’Égypte et Israël, le canal est fermé pour huit ans, laissant prisonniers les quinze navires qui l’empruntaient au début du conflit et qui ont été surnommés la « flotte jaune » en raison du sable qui s’y était déposé. Après la guerre du Kippour de 1973, qui a entraîné la première crise pétrolière, les opérations de nettoyage ont commencé en 1974, suivies d’une réouverture l’année suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.